Une demande d'intervention des services municipaux ? Un seul numéro 0820 71 00 94
Mercredi 26 Avril 2017
Accueil>Culture et patrimoine>Patrimoine>Bernay Ville d'art et d'histoire

Bernay Ville d'art et d'histoire

Bernay Ville d'art et d'histoireEn 2012, la ville de Bernay rejoint le réseau national des Villes et Pays d’art et d’histoire. Seul territoire ainsi distingué dans le département de l’Eure, Bernay est attachée à la valorisation, à la préservation et à l’animation de son architecture et de son patrimoine. Des visites découvertes et thématiques sont proposées toute l’année pour partir à la découverte d’une ville qui a su conserver et enrichir au cours des siècles ce "supplément d’âme" qui en fait aujourd’hui une ville singulière et attachante.

Couverture livre  VPAHLe dossier de présentation de 180 pages qui a été rédigé à l’occasion de la candidature au label " Ville d’art et d’histoire "  a été réimprimé compte tenu de sa qualité et de son succès. Vous pouvez le trouver au prix de 13,00 € au musée, à la médiathèque, à l’office de tourisme et chez les libraires bernayens.

 

 

//////

Label Ville d'art et d'histoire

Maison a pans de bois Lavoir rue  G  Folloppe Maisons rue  G  Folloppe

 

Ville d’art et d’histoire depuis 2012, Bernay résonne de plus de mille ans d’histoire illustré par ses monuments, ses rues et ses paysages.

La ville de Bernay, construite dès le Moyen Age dans la vallée de la Charentonne, s’étend aujourd’hui jusque sur les deux plateaux du Pays d’Ouche et du Lieuvin. Autour de son centre historique, Bernay compte encore de nombreux hameaux de charme et présente des paysages variés de plaine, de bocage ou de vallées verdoyantes….

 

AbbatialeAu milieu du Moyen Age, Judith, épouse de Richard II de Normandie et aïeule de Guillaume le Conquérant, implanta sur la rive gauche de la Charentonne un monastère, obéissant à la règle de Saint Benoît : l’abbaye Notre-Dame. Cette fondation, entre 1008 et 1015, est considérée comme l’acte de naissance de la ville car ni l’archéologie ni les documents d’archives ne permettent de déterminer la présence d’une agglomération sur le site auparavant. Le développement du centre urbain autour de l’abbaye fut stimulé par l’activité des foires et marchés, mentionnés dès le 11e siècle. Dans le hameau de La Couture, autrefois « La Culture », qui doit son nom à ses anciennes activités agricoles, l’église paroissiale aurait été fondée dès cette époque.
 

Vue de  Bernay des  MontsPeu à peu, le paysage monumental de la ville s’enrichit avec notamment, au 13e siècle, la création d’un hôtel-Dieu (destiné à l’accueil des malades) et l’installation d’un couvent de moines de l’ordre de Saint François. La reconstruction au 14e siècle de l’église paroissiale Sainte-Croix (trop proche de l’abbaye, elle avait été détruite) fut interrompue par la guerre de Cent ans. Les travaux reprirent notamment au 16e siècle.

 

Hotel de la  GabelleLa seconde moitié de la Renaissance fut agitée de troubles : pendant les guerres de Religion, les troupes protestantes prirent la ville et l’abbaye, qui fut aussi mise à sac en 1588-1589 pendant la révolte populaire dite des « Gauthier », du nom des habitants de La Chapelle Gauthier, village des environs de Bernay. L’abbaye Notre-Dame, peu après sa réforme par la règle de Saint Maur au 17e siècle, dut être modifiée : l’église fut préservée, amputée néanmoins de sa façade et les bâtiments conventuels furent reconstruits.

A la fin du siècle, grâce à un don d’Anne de Ticheville, un hôpital fut construit sur la route de Lisieux. Bernay disposait également du grenier à sel pour la ville et les environs. Au milieu du 18e siècle, Jacques-Philippe Bréant qui gérait pour le roi le trafic du sel et son impôt, la gabelle, fit ériger un très bel hôtel particulier avec grenier à sel, à l’entrée de la ville donnant sur la route d’Orbec. Il prit le nom d’Hôtel de la Gabelle.

 

Square  GouasAu cours du 19e siècle, de nombreux autres hôtels particuliers et villas agrémentés de jardins paysagers furent bâtis pour la bourgeoisie et les patrons des industries installées le long de la Charentonne. Ces résidences prirent pied sur les flancs des vallées, notamment à La Couture, ainsi qu’en ville, dans les parcelles découpées dans les jardins de l’abbaye saisis puis vendus pendant la Révolution. Les axes de circulation furent améliorés à cette époque, grâce à l’aménagement des boulevards et la création de la voie ferrée en 1855. Pendant toute cette période, des espaces verts furent aménagés à l’attention du public : promenade des Monts, jardin de l’abbaye, Square Gouas.

 

Ancien arsenal des pompiersAu 20e siècle, de nouveaux quartiers d’habitations furent créés à la périphérie de la ville et de ses faubourgs : tels la cité jardin en 1930, ou les quartiers du Stade et du Bourg-Le-Comte à partir des années 50. Dans le même temps, Bernay redécouvrit son passé grâce au chantier archéologique mis en œuvre, à partir de 1962, sur l’abbatiale Notre-Dame. La bibliothèque fondée, comme le Musée des Beaux Arts, dans les années 1860, connut un renouveau par la transformation du Moulin Vivien en Centre culturel multimédia. D’autres reconversions exemplaires, de l’usine Caroline Rohmer en maison des associations, de l’arsenal des pompiers en appartements  ou encore des anciens abattoirs en conservatoire de musique, illustrent combien la ville s’est impliquée dans la conservation de son patrimoine, dès avant son entrée dans le réseau des Villes et Pays d’art et d’histoire le 18 février 2012, date de la signature de la convention.

 

//////